Pierre von Meiss

Un explorateur enseignant

Florinel Radu

Né en Suisse alémanique et éduqué d’une manière rigoureuse et méthodique, Pierre von Meiss, esprit curieux, enchaîne les séjours sur d’autres terres : en Italie pour retrouver sa mère, en Suisse romande pour faire ses études d’architecture, aux États-Unis pour commencer sa carrière d’enseignant, en Suisse romande pour enseigner à l’EPF Lausanne, en Grèce où il a construit une maison de vacances avec sa femme Angela Pezanou, en Europe de l’Est pour contribuer à la réforme des écoles d’architecture et, finalement, une fois retraité, en Sardaigne, Chypre et République tchèque pour enseigner encore. Son ouverture vers d’autres champs se traduit dans son enseignement qu’il n’hésite pas à renouveler périodiquement en collaborant avec des ingénieurs, paysagistes, sociologues ou artistes. À l’EPFL, il crée un laboratoire d’expérimentation architecturale et initie un programme (d’accueil) de professeurs invités visant de jeunes architectes, ne faisant pas partie, encore, de l’establishment. Il œuvre toujours pour créer des liens, notamment en tant que présidant de l’Association Européenne d’Écoles Architecture.

Il y a un rapport direct, sans doute, entre, d’un côté, sa biographie, son parcours professionnel et, de l’autre, sa compréhension de l’architecture comme phénomène culturel relié à d’autres domaines. Comme complément logique à cette vision, la découverte de la phénoménologie aux États-Unis résonne avec la place centrale qu’il accorde à l’être humain : « L’architecture est moins une ‘chose à voir’, qu’une ‘scène à vivre’ », affirme-t-il.

Explorateur chevronné, il maîtrise plusieurs langues, ce qui lui permet de transmettre aux autres ses découvertes. Et il dédie sa vie professionnelle à cette traduction dans son enseignement. Les expériences de vie, les rencontres humaines, les théories, les bâtiments et situations exemplaires constituent le viatique de ses étudiants. Car Pierre von Meiss les met également dans la posture d’explorateurs. Pour lui, le projet est un voyage vers l’inconnu où l’enseignant joue le rôle d’un guide expérimenté. Il organise le périple en étapes thématiques, par exemple forme, fonction et site. Il met à leur disposition une boussole pour s’orienter, une matière pour se nourrir, des exemples pertinents, un outil pour avancer – l’esprit critique – et, finalement, des livres qui recueillent ce que sont à ses yeux les permanences de l’architecture - « De la forme au lieu. Une introduction à l'étude de l'architecture », « De la cave au toit » et « Vingt mille lieux sous les terres. Espaces publics souterrains. »

Le premier, traduit en six langues, est une véritable théorie du projet, mêlant librement théorie et histoire de l’architecture. Il contient notamment son « musée imaginaire » et des principes dérivés de la phénoménologie et du Gestalt. Pierre von Meiss réunit ces deux approches parce que, pour lui, vécu et perception sont intimement liés dans l’expérience de l’usager, lui qui est le destinataire principal de l’espace. L’architecture est là pour offrir une expérience globale, réunissant « le plaisir du Beau » et « la stimulation de l’esprit ». C’est ce qui aide à allumer le feu dans un camp préparant à l’exploration de l’architecture et de l’humain, comme Pierre von Meiss l’a toujours fait, entouré de ses étudiants.

Module translation not found: LABEL_AD